Notre histoire est celle d’un couple de trentenaires qui cherche à démarrer une nouvelle vie : une vie avec un grand A.

A pour « autonomie », « autogestion », « autosuffisance », « alternative », « autrement » ou encore comme dans « se réapproprier sa vie de A à Z ». Mais on aurait aussi pu choisir E pour « expérimentation », « environnement », « écologie », « équilibre », « équité ». Puis y’a aussi d’autres mots qui commencent pas par la bonne lettre : simplicité volontaire, décroissance, douceur de vivre, coopération, convivialité, partage, rêve, imagination…

Voici en quelques mots le projet qui nous anime depuis maintenant plusieurs années. D’abord comme un rêve lointain et presque inaccessible qui peu à peu prend forme et qui se concrétisera progressivement : trop réalistes et « terre à terre » pour attendre le fameux Grand Soir, on décide de se lancer dans l’aventure de l’expérimentation continuelle, qu’on sait d’avance semée d’obstacles et d’embuches mais également de surprises et de joies !

Pour être un peu plus précis, disons qu’on souhaiterait expérimenter un mode de vie plus respectueux de l’homme et de la nature, visant l’autonomie énergétique et alimentaire.

Mais commençons par faire les présentations :

Elle : utopiste de nature en lutte contre tout ce qui caractérise la société occidentale contemporaine, enseignante-    chercheure en sciences humaines, blasée de travailler 60 h par semaine – certes sur un sujet passionnant et    passionné mais dans des conditions plus que précaires.

XXX

XXXX

Lui : écologiste dans l’âme et rural de cœur, ingénieur en informatique pour des grosses multinationales, blasé de   voir le profit prendre le pas sur la santé et la qualité, l’argent sur le temps et le savoir, de voir qu’il faut attendre la   fin (de journée, de semaine, de la « vie active ») pour vraiment profiter.

XXX

XXX

Notre point commun : ben être blasés de cette existence qui manque de sens dans une société qui ne nous ressemble pas et l’envie de s’essayer à un mode de vie radicalement différent. On est loin d’être malheureux et on est bien conscient du privilège que l’on a d’être né en France, dans nos familles respectives, mais on ne se sent pas pour autant pleinement heureux.

Alors on s’est mis à réfléchir. On s’est dit que ce qui nous rendrait vraiment heureux ce serait d’être en accord avec nos convictions et nos aspirations respectives : utopistes d’un côté (pour ne pas dire anarchistes parce qu’on voudrait pas effrayer trop de gens non plus), écologistes de l’autre.

Alors on s’est mis à rêver d’un monde (ou plutôt d’un mode de vie parce qu’on voudrait pas imposer nos désirs aux autres) où on ne serait plus obligé de dépendre d’un travail aliénant ou inintéressant sous prétexte qu’il nous fournit l’argent nécessaire à nous loger dans un appartement trop carré et trop petit, à courir les supermarchés pour se nourrir de produits limites toxiques, à consommer à outrance pour oublier la vacuité de notre existence, mais qui surtout nous contraint à alimenter la grosse machine qu’on dénonce et à faire de nous des collaborateurs qui n’ont pas vraiment le choix ! Bref, on a rêvé la possibilité de s’extraire de ce « système » dont on est tous responsables sans l’avoir forcément consciemment choisi, qui non seulement ne satisfait plus nos besoins et aspirations mais plus encore nous désole tant il est illogique et injuste.

Bien beau de dénoncer l’existant, mais comment faire pour inventer autre chose de radicalement différent ?

Ca a d’abord pris la forme d’un tripe en roulotte tirée par une vache laitière et équipée d’un potager et poulailler sur le toit…Bon, on est rapidement arrivé à la conclusion que c’était difficilement réalisable d’un point de vue purement technique

Alors on a arrêté de triper puis on a réfléchit un peu plus fort. Progressivement on en est arrivé à la conclusion que l’émancipation dont on rêvait passait nécessairement par une transformation radicale de notre mode de vie qui pourrait se résumer en 2 mots :

  •  La simplicité volontaire, consistant à réduire notre soif moderne d’hyperconsommation et être à l’écoute de nos besoins profonds
  •  L’autonomisation ou autogestion : consistant à répondre à un maximum de ces besoins par nous-mêmes, plutôt que de laisser à d’autres le soin de le faire et de nous déposséder de l’essentiel au passage

Et concrètement on fait comment ? Et bien tel est l’objet de ce blog qui suivra nos pérégrinations et partagera toutes les expérimentations qu’on pourra faire pour tenter d’atteindre ces 2 objectifs. On a bien quelques idées, plusieurs même pour ne pas dire une foultitude, mais on va ménager le suspens et si tout ça vous intéresse : on vous invite à suivre nos aventures ! On vous invite également à ajouter vos propres expériences et idées par le biais des commentaires pour faire ce blog un vrai lieu de partage.

Suzy et Aurel

"

  1. Bonjour à tous les deux !

    Je m’appelle Mathilde et je suis journaliste pour l’émission 100% Mag diffusée quotidiennement sur la chaîne M6.
    Je suis actuellement à la recherche de témoins pour un de mes prochains sujets qui porte notamment sur l’autoproduction de ses produits laitiers. Au cours de mon enquête, j’ai eu le plaisir de découvrir votre blog ,vos deux brebis, et vos précieux conseils sur la fabrication du beurre maison.
    Serait-il possible de vous appeler afin d’en discuter ?
    Merci d’avance de votre retour.
    Belle journée.

    Mathilde CUSIN / SODA PRESSE
    0182283113
    mathildecusin@gmail.com

  2. Bonjour, un petit message de quelqu’un de 18 ans, qui pense fortement a un projet comme le votre… Bien joué, voila des personnes qui me prouvent que c’est possible, mais j’ai lu votre histoire, sans un investissement aussi important que le votre, on ne peut pas réaliser cela?
    l’autonomie, la liberté logiquement sa coute (quasiment) rien si ce n’est beaucoup de travaux variés

    Bonne continuation!

  3. Bonjour je vous envoie juste un petit lien taper juste deux vaches en roulotte et vous verrez une roulotte et deux vaches
    bon projet à vous thomas

    • Ah Ah!!!!! Excellent! Comme quoi on était pas si fous…Merci pour le lien Thomas, on adore le poulailler roulant. On garde ça dans un ptit coin de notre tête. Bonne route à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s